Facebook Twitter
Portada > Traduccions de la literatura catalana > poesia > Feliu Formosa > Maintenant oui quelque chose

Semblança

Feliu Formosa
Maintenant oui quelque chose

maintenant oui quelque chose sera tiré au clair et ce ne sera pas faute de personnifier assez mais parce que j’accepte de personnifier en moi une existence qui n’est pas la mienne je fais la distinction entre les yeux bleus et le reste des choses nous ne les avons pas vues ensemble mais nous les connaissons je ne puis me trahir si je dis que ce poème est de l’autre.

ÉBLOUISSEMENT DE LA DIFFÉRENCE

La place était déserte, au passage nocturne
par la rue étroite, la lumière fanée
se mourait au réverbère du coin, la route
conduisait aux fenouils, au fort de leur parfum;
les baisers répétés, avec les sons lointains
de la musique, les cris indéfinissables,
le retour, les retours, la chaleur du contact,
la promenade parmi les feuilles tombées,
c’était le passé qui peut devenir torture,
si l’on ne sait que le souvenir est capable
de nous bercer venu des yeux bleus, qui ne sont
pas aux yeux bleus semblables, ayant chaque fois
quelque chose que l’identique ne répète.
Les yeux bleus sont le but sans cesse poursuivi,
et au cas où nous l’ignorerions, ce sont eux,
les yeux bleus, qui le confirment en produisant
l’étonnement du différent. Nous les voulions
tels, par là donneurs d’unité à qui les rêve,
à qui les regrette, à qui les a ou les cherche,
commençant par les regarder fixement et
avec tout l’amour, jamais égal à l’amour.

Traduït per Didier Coste
Feliu Formosa, Maintenant oui quelque chose. Calaceit: Ed. Parvula, Noesis, 1991, p.35.
Cercador d’autors
A-B-C-D - E-F-G - H - I
J - K - L - M - N - O - P - Q - R
S-T-U-V-W-X-Y-Z
Traduccions de la literatura catalana
Podeu consultar més pàgines sobre la literatura catalana en traducció a:
Poesia
Amb el suport de: